michel-garikoitz

Paroisse Saint Michel Garicoïts du Labourd

Aïnhoa - Cambo - Espelette - Itxassou - Louhossoa - Souraïde

menu

Le Mot du Curé

Le Mot du Curé

La générosité au cœur de la crise

Un article du journal "La Croix" publié le 13 Avril dernier, a abordé la question de la générosité des français au cœur de la crise que nous vivons : "la crise dure, mais l'élan de générosité résiste." Il est dit que les français continuent majoritairement à faire preuve de davantage de solidarité. L'association "Apprentis d'Auteuil" a organisé un sondage d'opinion avec l’aide de l'institut Ipsos, auprès d'un échantillon de 1500 personnes qui ont été interrogées du 5 au 18 mars 2021. Ce sondage montre tout d'abord que la crise donne aux personnes interrogées "l'envie d'être plus solidaires des autres", mais cette tendance tend à s'effriter. Voici ce que dit le directeur de communication de l'association "Apprentis d'Auteuil" : "En mai 2020, quelques mois après le début de la crise, nous étions dans un état de choc. C'était le temps des applaudissements aux balcons, des mots de remerciements laissés aux éboueurs. Depuis cette époque, la crise s'est installée et nous sommes collectivement entrés dans une forme de lassitude."

Ceci dit, ce changement d'état d'esprit n'empêche pas les français d'être généreux : un français sur quatre assure avoir fait un don d'argent à une association depuis le début de cette année, soit presque autant que l'année dernière. Il est constaté que ce sont les familles les plus aisées qui sont les plus généreuses, ce qui est rassurant !

Au profit de quelle causedonne-t-on ? L'an dernier, on a donné prioritairement pour la santé et la recherche médicale. Cette année les dons sont orientés en priorité vers l'aide aux plus démunis, ainsi que vers l'aide à l'enfance et à la jeunesse. La crise économique gagne en effet en profondeur et beaucoup de familles sont de plus en plus sensibilisées à cette situation : elles font le choix de soutenir les associations qui accompagnent les laissés pour compte de notre société.

Le directeur de communication cité ci-dessus ajoute : « Les français voient que si le vaccin peut mettre à labri du virus, il ne met pas à labri des conséquences sociales de cette épidémie. »

Dans lEglise diocésaine et dans notre paroisse Saint Michel Garicoits du Labourd, nous avons le

6+6

même souci que dans notre pays ! Les recettes financières ont beaucoup baissé depuis le début du confinement ; lannée dernière, nous navons organisé aucune kermesse. Nous avons la même situation cette année : cest un manque à gagner important! Dans les jours qui viennent, vous recevrez un courrier vous invitant à la générosité au profit du diocèse (Denier de lEglise) et aussi de notre Paroisse.

Nous vous remercions d'avance.

Joachim JAUREGUI



16/04/2021